Lyme & électrosensibilité (EHS)

J’avais avant d’être piquée une légère sensibilité au wifi uniquement. Les gros problèmes du système nerveux et l’EHS pathologiques sont arrivés après que j’aie été piquée. J’ai fait un sondage auprès de 50 personnes atteintes de la maladie de lyme, parmi elles 40% se déclaraient EHS, 20% se déclaraient non EHS, et 40% se posaient sérieusement la question. Je suis arrivée à la conclusion que lyme détraque le système éliminatoire (par la peau et le système lymphatique notamment) et le corps se retrouve à stocker les métaux lourds au lieu de les éliminer, provoquant ainsi l’EHS. Il serait intéressant de faire des analyses de lymphe…

Une autre hypothèse est que les bactéries colonisent d’une certaine façon le système nerveux et le rendent plus sensible au courant électrique. Certaines bactéries dans la nature se nourrissent d’électrons.Pourquoi pas lyme ? Cela expliquerait l’augmentation des symptômes lors d’une forte exposition (y compris l’exposition au soleil).

J’ai des symptômes (dermatologiques notamment) qui sont clairement dûs à lyme, et lorsque je prends un traitement qui améliore mon état, cela améliore à la fois l’EHS et lyme. L’un ne part jamais sans l’autre.

Publicités

Equilios

J’ai testé pour vous: 10 séances d’Equilios IV, un appareil électromagnétique visant à améliorer l’équilibre des différentes hormones. Résultat non probant pour ma part. A part la diminution de mon porte-monnaie, bien sûr !

Le sel pourrait aider à contrôler les infections

C’est le résultat d’une étude allemande en 2015 : le taux de sel dans la peau est plus concentré près des infections. Le sel augmente la production des macrophages, un type de globules blancs. L’accumulation de sel près des zones infectieuses se résorbe lorsque les patients sont traités par antibiotique.

Salt may help control infection

 

Le thé vert contre les brûlures de l’estomac ou de l’œsophage provoqués par helicobacter pylori

Alors que j’ai arrêté mon traitement de papaye fermentée depuis une seule journée, je me retrouve à nouveau avec des brûlures de l’arrière gorge lorsque je mange des produits laitiers, des produits soufrés ou des levures chimiques.

Au même moment, ma belle-mère me parle de son infection à une bactérie qui prolifère dans l’estomac, helicobacter pylori. Le médecin lui a donné un traitement de cheval avec 10 jours d’antibiotiques qui lui provoquent un certain nombre d’effets secondaires plus que désagréables. Je fais donc quelques recherches sur cette bactérie, afin de rechercher les alternatives naturelles qui pourraient compléter ke traitement. Il s’avère que helicobacter pylori est responsable des ulcères dans 70% à 90% des cas(1)(2) et qu’elle multiplie par 30 (3) le risque de cancer de l’estomac. Helicobacter pylori augmente l’acidité de l’estomac et abime la paroi stomacale.

Vus mes problèmes d’acidité et de relents de gaz corrosifs, je me pose la question de mon infection par cette bactérie. Le soir même, la gorge brûlée par des gaz corrosifs, je teste une gélule de thé vert et guarana, qui faisaient partie des remèdes recommandés contre helicobacter pylori, études médicales à l’appui (4). Comme par hasard, j’en avais acheté une boite deux semaines auparavant, afin d’en tester les effets, car je suis toujours à la recherche d’un remède contre l’EHS qui soit moins onéreux que la papaye fermentée. J’avais retenu le thé vert au départ pour son action antioxydante, minceur et contre les orgelets. Cinq minutes après la prise de la gélule, les brulures disparaissent, soit bien plus rapidement qu’avec les gélules de romarin, qui les faisaient disparaitre en 30 minutes (5)

A l’éclairage de ma pathologie, certains effets possibles du thé vert m’intéressent fortement (6 et 7) : Alzheimer, Arthrite, Carcinomes de la peau (cancer), Carence de vitamines, Casse et chute de cheveux (lorsque je manque de vitamine D), Dépression, Désintoxication du foie, Douleurs à la nuque (symptôme typique de lyme), Fibromyalgie, hyperacidité, Hyperactivité (ADHD) (pas pour moi mais j’en connais), Hypotension, Hypothyroïdie et Hyperthyroïdie (j’en connais aussi), infections (Bactérienne, Virales, Protozoaires), Inflammations, Intolérance au gluten et au lactose, Maux de tête, infections fongiques, Orgelets, Problèmes de circulation sanguine, Rétention d’eau, Sclérose en plaque, Problèmes de fertilité, surpoids (héhéhé), Troubles de la concentration , Troubles de la mémoire, Troubles du sommeil.

Je m’en vais donc faire une cure de thé vert, et je vous tiendrais au courant pour la suite !

(1) http://www.helicobacter.fr/index.php/informations-sur-helicobacter-pylori/quelles-sont-les-maladies-associees-a-h-pylori
(2) https://digestion.ooreka.fr/astuce/voir/333665/helicobacter-pylori-traitement-naturel
(3) http://www.plantes-et-sante.fr/decouvrir/eradiquer-la-bacterie-helicobacter-pour-soigner-l-ulcere-et-eviter-le-cancer-de-l-estomac
(4) http://www.mauxdeventre.org/centre-information/sante-et-nutrition/diete-pour-lulcere-gastro-duodenal/
(5) https://zerolyme.wordpress.com/2016/08/29/aout-2016-bilan-de-mon-etat-de-sante/
(6) http://www.thevert.com/bienfaits/
(7) http://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/the-vert.htm

 

Diagnostic de la maladie de lyme : test de la goutte de sang

Ce test est un moyen de déterminer si vous avez la maladie de lyme en cherchant directement des spirochètes dans votre sang au microscope. Si vous en trouvez, vous pouvez alors enregistrer une vidéo et demander à votre médecin un diagnostic. Mais si vous n’en trouvez pas, cela ne veut pas dire que vous n’en avez pas, juste que vous n’en avez pas vu. En effet, ils peuvent se cacher, par exemple dans les globules rouges, ou prendre des formes cystiques, ou alors vous en avez peu, et dans tous ces cas il est plus dur d’en apercevoir.

Que vous faut-il ? L’accès à un microscope à fond noir (université de médecine, biologie, pharmacie, vétérinaire, ou l’acheter, cela coute environ 500 à 700€), et un petit ustensile stérile dont se servent les diabétiques pour se piquer le doigt et obtenir une goutte de sang.

ici la vidéo pour le test de la goutte de sang https://www.youtube.com/watch?v=jg2WrTq4HW0

Octobre 2016 : mon bilan santé

Mon état est bien stable depuis que j’ai repris la papaye fermentée, les lésions dermatologiques ont quasiment disparu, l’EHS également. Il me reste des tendinites non douloureuses, des raideurs des tendons, une légère arthrose cervicale (dépôts de calcium) . Je teste actuellement un nouveau traitement pour ces symptômes (le kiwi+sel avait bien fonctionné pour l’arthrose lourde mais ça reste un traitement « au karcher » qui m’a sauvé la vie plus d’une fois dans les pires moments de la maladie). Le nouveau traitement semble pas mal mais j’attends de voir pour communiquer dessus.

J’ai arrêté le traitement externe de mon carcinome de la peau. Le traitement fonctionne très bien, mais j’aimerais trouver un traitement interne afin d’éliminer en même temps toute menace de carcinome interne.

Pour rappel :

Ce qui a marché dans les états les plus lourds de la maladie (dépression, irritabilité, paranoïa, pb de mémoire, névralgies, etc), c’est notamment les bains de bouche au charbon actif, le [kiwi+sel sans additif+eau], l’infra-rouge, l’argile en bas de la colonne pour drainer le système nerveux (dont l’irritabilité). En traitement de fond, le resvératrol est un antibactérien naturel et nettoie le sang (vu au microscope le sang est tout propre). En phytothérapie, le protocole de Buhner semble marcher même si je n’en ai retenu que le resvératrol. Contre les brulures de gaz toxiques produits dans mon estomac, provoquant des brulures de l’oesophage, le romarin en gélules (mais je n’en ai plus besoin depuis que j’ai repris la papaye). La pharmacopée chinoise a également bien fonctionné, mais il faut que la personne connaisse la maladie de lyme et sache la traiter. J’ai éliminé toutes les sources de champs électromagnétiques de ma maison, fait retirer mes amalgames dentaires, enfin j’ai rajouté la papaye fermentée à mon traitement.

Une guérison qui progresse encore

Je vais de mieux en mieux, j’ai même réussi à diminuer mon EHS, voire l’éliminer complètement tant que je suis sous traitement (papaye fermentée Osato). La papaye m’enlève également les lésions dermatologiques que j’ai sur les pieds et qui ressemblent à des lésions du syndrome de Vidal-Jacquet (1). Mais j’avais arrêté le traitement quelques mois et c’était revenu, j’ai repris il y a 7 à 10 jours et les lésions sont en train de sécher, certaines ont disparu.
Depuis 2014-2015, grâce à d’autres traitements, je n’ai plus de problèmes de « cerveau », de type brainfog ou irritabilité. Maintenant que j’y pense, je n’ai plus non plus de brûlures. Les brûlures des mains ont disparu depuis plusieurs mois déjà, mais j’avais des brûlures de la gorge, et il semble qu’elles aient disparu de nouveau avec la papaye. Je n’ai plus besoin de mes gélules de romarin, par contre je prends toujours ma purée ail+sel aussi souvent que je peux au cours des repas.
Aujourd’hui je peux à nouveau me promener en ville sans aucun symptôme et sans même penser aux téléphones portables ou aux antennes à proximité. Il me reste ce gros et gras ventre, et toujours des raideurs de la nuque jusqu’aux doigts, mais rien de douloureux. Sauf quand j’ai repris la papaye, car pendant 2/3 jours j’ai eu des contractions musculaires intercostales pas très sympas, que j’ai traitées en augmentant la fréquence de la papaye (qui faisait disparaitre les douleurs dans les 30 minutes) et en rajoutant une pincée de sel dans mon eau ou mon jus de fruit. Je pense qu’il s’agissait d’arthrose (dépôts de calcium) dans les os des côtes.
Attention, la plupart des papayes sur le marché sont coupées avec d’autres ingrédients. Je prends pour ma part 3g de poudre 100% papaye fermentée pure, matin et soir. Seul inconvénient : c’est assez cher…
Voilà. De la même façon que je ne vends ni sel, ni kiwi, je ne vends pas non plus de papaye.
Bonne santé à tous !
(1) image des lésions Vidal-Jacquet : http://www.rhumatologie-bichat.com/Images/Oligo3.jpg

Previous Older Entries